L’enseignement supérieur, un bien commun

L’Institut international de planification de l’éducation de l’UNESCO (IIPE) a lancé une série de débats stratégiques autour de ses grands axes actuels dans le domaine de l’éducation.

Le Débat stratégique du 12 mars portait sur «L’enseignement supérieur en tant que bien commun à l’ère des objectifs de développement durable (ODD)». Le conférencier principal était le Pr Simon Marginson, professeur et directeur du Centre for Global Higher Education à l’University College de Londres.

Selon Simon, l’accent est toujours mis sur les bienfaits individuels de l’enseignement supérieur, tandis que ses nombreux avantages communs ont tendance à être sous-étudiés. Simon préconise l’utilisation du concept de «bien commun» au lieu des distinctions économiques habituelles entre privé et public, et entre l’enseignement supérieur marchand /non-marchand. Bien qu’elles fournissent une explication utile, ces distinctions ne permettent pas de rendre compte des politiques existantes. Par contre, le concept de «bien commun» est plus inclusif et permet de repenser notre approche face aux différentes traditions culturelles qui sont présentes à travers le monde.

Pour Simon, malgré cette diversité, il y a des biens communs mondiaux, tels que la communication et la mobilité interuniversitaires, les connaissances scientifiques propres à chaque discipline, ou un réseaux mondial rendant possible la liberté académique et l’apprentissage gratuit.

Vous trouverez tous les débats et événements de l’IIEP sur son site web.